Étiquettes

, , ,

Notre Ami Paul partage avec nous une des dernières chasses de la saison 2014-2015…

Nous sommes en plein cœur de la Sologne dans un endroit privilégié où amis de longue date aiment à se retrouver. Ce territoire privé n’y est chassé qu’avec parcimonie, deux fois par an, au gros gibier. De ce fait tout est possible en regard des consignes prodiguées par notre hôte. Nous y avons manipulé à cet égard nos carabines avec succès mémorables.

L’utilisation d’un arc de chasse y a été toujours acceptée.

PAUL A

La gestion d’une carabine express et d’un arc au même poste s’est avérée toujours improductive quant à l’utilisation d’un arc à un poste dédié carabine.

En cette journée de battue au gros gibier de fermeture, le fils de notre hôte, chasseur confirmé, a désormais le  » boulet au pied » après la réception de son premier arc de chasse à la Noël. Ainsi, en accord avec l’organisation de la battue s’agissant des postés et du rabat, nous serons trois archers globalement alignés dans la battue pour bloquer des endroits stratégiques en bord de route et habitations.

Cette première à été très bien vue de ce fait.

À la première traque du matin : 2 beaux sangliers mâles passent, un d’entre eux est manqué, l’autre n’est pas tiré (trop loin). Un troisième s’arrête à la flèche et repart, il est retiré à belle distance par l’archer de droite au vu de ce comportement étrange. Il sera mis au ferme par les chiens et servi dans l’enceinte par un piqueux.

La deuxième traque nous laisse voir de magnifiques lièvres des bois et un beau sanglier ; celui-ci est manqué par le fils de notre hôte.

Troisième « traque » : somptueux déjeuner organisé par nos hôtes dans une maison pleine d’histoires et  de preuves d’aventures comme ces magnifiques naturalisations de petits oiseaux exotiques bien protégés sous verre.

Quatrième traque : les archers sont alignés comme ils le peuvent dans un secteur bordé d’ajoncs et de genêts. Rien ne se manifeste pour nous malgré les bons passages identifiés. Le rabat se réaligne sur nous et le garde demande aux autres traqueurs de s’aligner ventre au bois par rapport à ma position.

Un fox mène un animal. Un chevillard passe. Il s’écroule sous les yeux du garde et des traqueurs avec une flèche plongeante colonne-cœur. La flèche de rêve pour une première qui sera le tam-tam des bois de la journée.

PAUL B

Merci en Saint-Hubert.

Cinquième traque : rien pour les archers, les chevreuils sortent par les flancs de la traque mais nous avons le spectacle de nombreuses bécasses en vol.

Paul 51

Publicités